Témoignage de Nicole Fargeon-Labesque sur sa rencontre à Lasseube avec Yunesky Santos Mena spécialiste cubain en permaculture.

Yuniesky Santos Mena est arrivé chez nous le 3 juin 2015 , tôt le matin vers 7h30, il est venu nous rendre visite sur la ferme à Lasseube avec la volonté de nous apporter son éclairage professionnel en permaculture et élevage vivrièrs.
Après un regard vite jeté sur le plan cadastral nous sommes partis presqu’au galop au potager.
Là nous avons appris qu’une variété se mangeait et qu’il valait mieux en faire une étude biologique pour le cas où ce serait une variété comestible. Puis, l’examen minutieux des différents bâtiments de ferme a fait l’objet de questionnement précis par rapport a l’objectif de mise en valeur de cette ferme en sommeil depuis plus de 15 ans, tout est à faire bien dès le départ et sans précipitation. Puis tout le long du chemin qui monte vers la vigne, avec une régularité de métronome il demandait où se trouvaient le sud, le points d’eau naturel, leur débit pour s’y rendre et évaluer la possibilité ou non d’installer un petit vivier à poissons et d’autres petits élevages sains pour la terre.
Pour terminer tout le monde s’est installé autour du plan du cadastre pour déterminer les inclinaisons, leur sens et préciser les zone de taillis, de bosquet et de bois et les essences qui les composent et faire des croquis.
Recommandations et échanges de mail autour d’un verre de vin rouge de la maison et de pain et pâté réalisé par nous mêmes..
Depuis son départ, par mails interposés, Yunieski Santos Mena n’a de cesse de nous encourager à bien réfléchir parcelle par parcelle en tenant compte de la nature des sols, de l’inclinaison, de l’orientation , de l’éloigne par rapport à la maison d’habitation, à l’interroger encore à lui soumettre des propositions d’implantation que nous élaborons.
Nous remercions les organisateurs ….. pour cette initiative de faire passer parmi nous Yunesky Santos Mena cubain aux qualités indéniables, et qui participe au relèvement de la population cubaine « por necedsidad » depuis le blocus.
Nicole Fargeon-Labesque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *